Hypostomus Plecostomus (Pleco)

Famille : Loricariidae
Nom scientifique : Hypostomus Plecostomus
Nom commun : Pleco, Grotte, Poisson chat, et à tord “Laveur de vitre” ou encore “Nettoyeur de fond”.
Origine géographique : Amérique du Sud. Panama et Uruguay notamment.
Taille : 25 à 40 cm en aquarium, et jusqu’à 75 cm dans la nature.

Description : Ce poisson fait partie de la grande famille des Loricariidés. Comme tous ses congénères il possède une bouche en forme de ventouse qui lui permet de racler les parois pour se nourrir. Ceci lui permet aussi de faire face aux courants des eaux vives dans lesquelles il évolue dans la nature en se fixant à une roche.

En plus de cette bouche évoluée, le Pléco possède une armure très résistante recouverte de plaques osseuses et munie d’épines à l’intersection des plaques.

Ses nageoires dorsales et pectorales ont aussi des rayons pourvus de ses épines, ainsi que sur l’extrémité de sa tête. Ces derniers sont rétractiles.

Espérance de vie : Ces poissons peuvent vivre plus de 15 ans.

Caractéristique d’eau : La qualité physico-chimique de l’eau à peu d’importance pour ce poisson. Il peut vivre dans des eaux avec un pH de plus de 7,5 ainsi que dans des eaux acides. La température doit être comprise entre 26° et 30° C.

Type d’aquarium : Ce poisson peut vivre dans tout type d’aquarium, il faut néanmoins que le litrage soit important. Prévoyez au minimum 400 litres pour ce poisson. Et c’est un minimum très minimum. Des espèces de ce genre peuvent vivre dans des bacs de plus de 1 000 litres en petits groupes, voir dans des bassins l’été.

Décor : Le décor doit être composé de gravier au sol d’une granulométrie assez importante. Autrement vous verrez votre sable voler dans le bac tout le temps. Si vous disposez d’un sol nutritif sous votre substrat, prévoyez aussi de mettre un grillage pour que le Pléco ne creuse pas jusque là.

Au niveau du Hardscape il faut pensez à mettre des zones d’ombres suffisamment grandes pour accueillir ce poisson la journée. Il aime se cacher à l’abri de la lumière dans les anfractuosités du décor. Des roches plates, ainsi que de grandes racines sont les meilleurs éléments du décor du bac d’un Pléco.

Dimorphisme : Le dimorphisme se fait de plusieurs façons, bien qu’il faille savoir où regarder. Les mâles ont des nageoires pectorales bien plus développés. Elles semblent presque rouges à taille adulte et à un âge avancé. Les femelles vues du dessus sont beaucoup plus volumineuse et leurs couleurs sont plus claires. Le museau de la femelle est moins proéminent et moins pointu que le mâle.

Comportement : C’est un poisson très paisible, qui n’embête, ni n’est embêté par personne. Vu sa taille et ses armes de défense, pas étonnant !
En revanche il est assez destructeur avec le décor et surtout avec les plantes. En période de reproduction surtout. Veuillez préférer les plantes robustes.

Il évolue la plupart du temps la nuit.
Un conseil pour l’attraper, n’utilisez pas d’épuisette. Ses épines se coincent dedans et elles peuvent lui casser une nageoire, voir la colonne si le poisson se débat. Le mieux est de le chopper à la main, en comprimant vos doigts juste entre ses branchies et ses nageoires pectorales. À cet endroit il n’y a pas d’épines ni de plaque, et le poisson une fois bloqué ne peut pas se dégager. Collez le au sol et une fois que vous sentez qu’il ne bouge plus, tirez le.

Attention aux coup de queue, et ne l’attrapez pas sur le reste du corps car c’est tout épineux

Cohabitation : La cohabitation est possible avec ses congénères, ainsi qu’avec de nombreux autres poissons. C’est l’un des rares occupants des bacs de Piranhas. Il ne dérange pas vraiment les autres habitants du bac et n’attaque personne. Seules les plantes fragiles sont à proscrire.
La cohabitation est idéale avec des Cichlidés d’Amérique du Sud.

Nourriture : Ce poisson est omnivore. Il ingurgite autant de nourriture que les autres poissons. Salade, Spiruline, Courgette, Abricot, Épinards, Moules, Crevettes, etc…
En revanche il faut savoir que ce poisson ne touche pas du tout aux algues de l’aquarium. (Seul au stade juvénile il en mange)
Bien au contraire, plus il est vieux, et moins il mange de verdure.

Reproduction : Comme la plupart des Loricariidés, le Pleco pond dans des renfoncements et des anfractuosités. On peut les imiter grâce à des tuyaux en PVC ou bien avec de grosses racines ou même avec des pierres empilées d’une certaines manière. (Mieux vaut les coller avec les Pléco.)
L’eau doit avoir un pH de 6,5 ainsi qu’un bon brassage et des changements d’eau réguliers.

Le mâle protège la ponte et la ventile avec ses nageoires anale et pelviennes.

Il s’occupe des ½ufs en enlevant ceux qui sont moisie.
Les ½ufs sont de couleurs jaune/orange et sont pondus par grappes de 200-300.

Les alevins mesurent moins de 5 mm à leur naissance. Il faut beaucoup d’algues dans le bac pour qu’ils puissent se nourrirent convenablement. Ils mettent plus de 6 mois à prendre quelques centimètres.

Déplacement : Les déplacements de ce poisson ce font exclusivement le ventre au sol, ou sur une paroi. Son ventre n’étant pas munie de plaque osseuse, c’est son point faible qu’il cache tout le temps.

Sa puissante nageoire caudale lui permet de se cacher très rapidement et de fuir tout ce qui pourrait lui faire peur.

Photographies :

Sources :
– Fiche club,
– Connaissances personnelles,
– Les photographies sont de moi.

 

Cédric Paul

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *