Bassin hors-sol: exemple de construction.

Comment allier esthétique et sécurité pour un bassin? Comment habiller une cuve de 1000L pour récupérer l’eau de pluie? la réponse, dans cette fiche détaillée pour vous donner une idée de comment réaliser le votre.

 

Mon objectif était de créer un bassin hors-sol de grande capacité et qui reste démontable en cas de déménagement. Pour cela, je me suis procuré une cuve de 1000L (acheté d’occasion), des palettes (données par un collègue) , des lames de parquets (2m de longueurs, 10cm de largeur et 2cm d’épaisseurs, 4 packs de 5 lames ont été achetés dans un magasin de bricolage.
J’étais déjà équipé en petits outillage (scie, vis, clous, établi pliant, perceuse, ….) Je ne suis pas un gros bricoleur, et mon seul outil électrique et ma perceuse où j’adapte des embouts de tournevis.
Pour réaliser ce bassin hors-sol, je me suis inspiré de celui de Patrice B: voir son bassin ainsi que sa construction, puis voir la construction de la jardinière. Je n’ai pas utilisé la même technique pour l’habiller, mon bassin a une deuxième utilisation: jacousie, et pas cher… Ce n’était bien-entendu mon objectif.

Ma première idée était de garder le maximum de hauteur de la cuve, mais c’était trop haut, le but est de voir les poissons. Ma deuxième idée était de couper la cuve aux deux tiers et d’obtenir deux petits bassins côte à côte qui auraient été bien entendu relié entre eux. Mais je ne l’ai pas retenu pour une problème de place. Ma dernière idée et c’est elle que j’ai choisie est de garder une hauteur de 80cm.

Première étape Découpe de la cuve grâce à une scie à métaux. La deuxième partie de la cuve (la “chute”) me sert de poubellarium, et ce récipient obtient le meilleur rendement!

Remarque: Certaines cuves sont fournis avec une armature en ferraille. Je vous conseille de la conserver, elle vous facilitera la vie, puisque si l’habillage est moins résistant, elle résistera toujours à la pression. Vous n’aurez pas besoin d’utiliser aussi des palettes comme moi. Il faut simplement utiliser des liteaux pour visser ensuite les lames de parquets ou planches contre. Pour les fixer, je pense que le mieux est d’utiliser des boulons: la ferraille entre deux liteaux, le tout maintenu par des boulons. Il faut utiliser une tête plate pour le côté où sera plaqué l’habillage en bois.

Deuxième étape Placer une plaque de polystyrène sous le bassin (épaisseur de 4cm) pour éviter les vibrations du sol et afin que le bassin ne soit pas percé par un petit cailloux. Le futur bassin à une capacité de 800L, soit 800kg sans le décor… Ce détail ne doit surtout pas être oublier avec un aquarium pour les occupants du bac mais surtout le verre est beaucoup plus fragile, et les risque de fendre sont plus importants.

Troisième étape Positionner les palettes et les maintenir contre la cuve grâce à deux fils de clôtures reliés avec un tendeur. Il ne faut pas hésiter à bien tendre celui du bas. J’ai dû vider ma cuve remplie d’eau pur recommencer… Vu qu’on utilise des palettes, j’aurai pu me passer de la cuve remplacée par une bâche de bassin (assez cher), comme, par exemple, ce bassin hors-sol.

Quatrième étape Remplir le bassin d’eau et espérer que tout se passe bien. Si jamais les palettes ne restent pas tout à fait d’aplomb, cela pourra être corrigé par la suite, mais au moins deux devront être parfaitement verticales.

Cinquième étape Habillage de la cuve. Le gros avantage du parquet, c’est un des moins cher, et les jointure sont parfaites, surtout pour un petit bricoleur comme moi.

Sixième étape Vissage.

Septième étape Construire le rebord afin qu’il reste démontable et costaud pour pouvoir s’asseoir (on ne sait jamais) et pour les futurs jardinières. Une partie délicate puisqu’il faut veiller à ce que cela reste plat voir une petite pente en direction du bassin. Il faut caler les lames de parquet entre elle: pour cela j’ai utilisé des chutes clouées pour les maintenir et les caler avec les palettes.

Huitième étape Construction de l’habillage des jardinières.
Les deux angles droits sont soudés sur l’angle droit uniquement. Ensuite, c’est juste le poids et l’angle droit qui stabilise la jardinière. Pour la partie centrale, j’ai assemblé des planches de parquets, puis percé deux trous aux extrémités. J’ai mis deux pointes aux extrémités sur la plancher du bassin, et je n’ai plus qu’à poser l’assemblage afin d’emboîter les pointes (dont j’ai ensuite coupé les têtes à l’aide d’une pince coupante) dans les trous.

Jardinière traversant le bassin, fixé sur une pointe coupée

Angle de la jardinière

Neuvième étape Peinture extérieure à bois.

Dixième étape Mise en place de la fontaine, ou des pompes pour la filtration. J’ai pris des pompes classiques pour décante interne. A l’aide d’un bidon de 5L d’eau de javel, j’ai fabriqué une pompe interne d’aquarium que j’ai rempli de mousses bleue. C’est une filtration mécanique efficace qui permet d’enlever une partie des grosses algues. Les 2 pompes et la fontaines sont relié à la même prise, et elles tournent uniquement dans un but esthétique et quand je suis présent. Mon but n’était pas de créer un aquarium extérieur.

Bouteille / bidon transformé en bio-filtration

Mousses bleues

Boîtier de dérivation pour relier les 2 pompes et la fonatine

Pompes et fontaine en action

Onzième étape S’occuper du bassin.
Jardinière: privilégiée les plantes aimant l’eau pour rester dans l’environnement, par exemple, les papyrus, les bambous, …

Plantes d’eau: ce sont essentiellement des plantes de surface: nénuphar, jacinthe d’eau, lentilles d’eau (je déconseille, elles sont très/trop envahissante), pistia, … en plaine eau, vous pouvez mettre de la ceratophyllum ou de l’élodée.
Pour mes jardinières aquatiques, j’ai choisi de la récup’, ça ne se voit, et la récupération, ça ne coûte pas cher! J’ai donc mis une couche de sable, puis une couche de sol nutritif (selon la méthode Véritable terre de bruyère + Argile + Sable) puis une couche de sable. Il reste plus qu’à attendre la livraison des plantes aquatique de bassin (vivace résistante au gel).

J’ai choisi des nénuphars et des iris:
Iris louisiana ‘Black Gamecock’;
Iris rouge louisiana Anne Chowing;
Cyperus papyrus
nenuphar nain bassin rouge mini nymphea rubra prévu dans la jardinière ronde.

Décor: pour mettre en hauteur les pots, j’utilise les moilons. Pour créer des cachettes supplémentaires, on peut ajouter des tubes PVC de différents diamètres.

Population: celle des bassins (poissons rouges, carpes Koï, gardons, …) ou celle des poubellariums.
Pour mon bassin, j’ai choisi 4 gardons et 5 poissons rouges. J’ai ajouté aussi quelques petits planorbes, qui sont devenus énorme, une taille entre un ou deux centimètres…

Douzième étape (non faite) Mettre une bâche bleu ou d’une autre couleur pour cacher la cuve blanche et le dessous de l’habillage.

Treizième étape (non faite) Mettre des plaques de polystyrène coincées dans la palette pour éviter les grosses différences de températures.

Quatorzième étape Mettre en place une filtration avec des daphnies et des plantes semi-aquatiques (papyrus, joncs, …) ou des lentilles d’eau pour clarifier l’eau et supprimer l’eau verte du bassin.

Quinzième étape coller du sable sur le dessus des jardinières avec de la colle époxy, afin de camoufler le plastique et confondre avec un décor naturel.
Pour cette étape, je vous conseille fortement la lecture de l’article à propos de la décoration d’une décante interne.

Mes remarques
>> J’avais peur des grosses gelées et d’une explosion de mon bassin à cause de la glace. Cet hiver a été assez clément, je me suis dit youpi, je vais avoir plus de temps pour réfléchir, mais la grosse gelée (-12°C) de février 2012 pendant environ 15 jours a créé un gros bloc de glace d’au moins 20cm. Le bassin a bien résisté comme les poissons rouges et gardons!!! qui avaient été introduits à l’automne 2011. La construction du bassin date de l’été 2011.

>> Chaque année, je vais être obliger de passer deux couches de lasure sur les planches planes du rebord. En effet, elles ont le maximum d’intempéries. Pour éviter le pourrissement, si on ne veut pas lasurer, il faut prendre des lame de tek, mais cela reste cher…

>> Certains veulent faire un bassin à l’intérieur de leur maison ou appartement. Quelques petits trucs à penser avant de commencer. Le poids n’est pas négligeable, et vous devez vous assurer de la solidité de votre dalle et sur plancher, je déconseille. Le mien pèse environ une tonne! L’autre point à ne pas négliger est l’évaporation, même si elle ne sera pas très importante, puisque l’eau est à température ambiante.
Ensuite, avant de s’attaquer au bassin hors-sol d’intérieur, il faudrait peut-être réfléchir à construire une face vitrée, dans ce cas, on voit les poissons vu de dessus comme tout bassin mais aussi vu de côté! Pour cette construction, il vaut mieux s’orienter sur un bac en bois, mais le coût sera aussi plus important…

>> 1ère reproduction: J’ai pu voir mon premier bébé! Enfin, un jeune poisson rouge de 2/3 cm, il est pour le moment gris, il pointe le bout de son nez en surface puis disparaît aussitôt. Impossible de savoir combien il y en a…

Autre population envisageable dans un tel bassin
> Gambusies (Gambusia affinis)
> Gardons
> Crevettes type Red Chery: Neocaridina cf. heteropoda
> Poissons rouges (Carassius auratus)
> Macropode ocelatus
> Notropis chrosomus

Frédéric Rival

D’autres photos:

Photos prise en février 2013 sous la neige et avec de la glace dans le bassin gelé:

Première sortie aux printemps 2013:

Laisser un commentaire