Odonus Niger (Baliste Bleu)

Famille : Balistidae

Nom scientifique : Odonus Niger

Nom commun : Baliste Bleu, Arbalète, Poisson Vampire.


Origine géographique : Mer rouge et Océan Indo-Pacifique.

Taille :
25 cm en aquarium et jusqu’à 50 cm à l’état sauvage.

Description : Ce poisson possède une forme de disque, comme les Discus ou les Scalaire. Il est néanmoins plus ovale. Les nageoires sont très souples, sans arrêtes ni os. La Baliste n’a pas de nageoires ventrale ni de pelviennes. Seulement deux piques sont apparents. Les yeux de la Baliste sont indépendants comme les Caméléons.

Au niveau de la couleur, le poisson est bleu foncé/bleu nuit avec des reflets vert qui évolue selon l’état du poisson ainsi que son âge.

Au niveau de la bouche il y a de quoi faire peur. Une petite mâchoire très puissante dotée de deux dents de 1 cm qui ressortent comme un vampire, d’où son nom, ainsi que d’une série de dents plus petites qui déchiquètent la nourriture. Sa mâchoire puissante lui sert pour son régime alimentaire.

Sa queue possède une jolie courbe en forme de demi-lune


Espérance de vie :
Plus de 20 ans en captivité.

Caractéristique d’eau : L’eau doit être chauffée à 26° C en moyenne et très oxygénée. Les
filtrations devront être conséquentes en vue de la pollution générée par
ce poisson. Les changements d’eau apportent beaucoup de bien aux autres occupants du bac. On soignera une densité comprise entre 1 022 et 1 025. Si les espèces
proviennent de l’Indo-Pacifique, ils préféreront une densité plus faible
que ceux provenant de la Mer Rouge.

C’est un poisson robuste qui acceptera les qualités d’eau de la plupart des aquariums d’eau de mer bien entretenus à l’âge adulte.

Type d’aquarium : L’aquarium devra obligatoirement se trouver au dessus de 300 litres pour que la Baliste ne soit pas à l’étroit. Autrement elle pourrait sans cesse agresser les autres habitants de l’aquarium.

Décor : Dans la nature, la Baliste évolue la majeure partie du temps sur les pentes récifales externes. Il faudra donc tenter de reproduire un décor semblable. On peut d’hors et déjà proscrire les bacs récifaux car le poisson s’attaque aux Coraux.

Dimorphisme : Le dimorphisme est très léger, il se fait au niveau des nageoires.

Comportement : Une fois l’acclimatation passée, le poisson est très robuste et n’est pas enclin aux maladies. La période de reproduction en couple est assez dévastatrice pour le décor et pour le calme du bac. S’il est habitué il n‘attaque pas la main du soigneur.

Cohabitation : La cohabitation est souvent préconisée avec des poissons bien plus gros, ou de même taille. Les petits poissons seraient pourchassés sans fins, et tués. Avec ceci il faut savoir que tous les invertébrés sont incompatibles avec la baliste du fait de son régime alimentaire. Donc on proscrit Éponges, Étoiles de mer, Coraux, Crevettes, etc…

Reproduction : La reproduction a déjà été observée à Amsterdam. La ponte est déposée sur le substrat dans un cratère fait par les parents.

Nourriture : Il mange presque de tout. Ce poisson adore les petits éperlans, qu’il faut couper en deux pour qu’il puisse les avaler normalement. Il aime aussi quelques vers de temps en temps, des petits pois et raffole du C½ur de b½uf spécial Discus.

Dans la nature il mange tout les invertébrés qu’il trouve. C’est un vrai tueur d’oursins.

On peut aussi lui donner des pastilles pour poissons récifaux, mais sa couleur ne ressortira pas super.

Déplacement : Le déplacement de ce poisson est somptueux car il n’a pas de cartilage dans les nageoires, et elles ondulent à la manière d’un poisson couteau. Il semble nager dans un tissu. Il nage avec les nageoires anales et dorsales. Ceci est marrant.

Anecdotes :
– Ce poisson possède des os qui se déploient lorsqu’il se nourrit de corail dans la nature. Ils se trouvent sur le dos et là où la nageoire ventrale devrait se trouver. Grâce à ces piquets il s’enfonce dans le décor pour manger tranquillement sans avoir à se débattre contre le courant. C’est assez rare qu’il les sorte en aquarium. je ne l’ai vu qu’une fois.
– Lorsqu’il mord, il le fait plusieurs fois en même temps. Il déchiquète et mâchouille. ceci est très douloureux.

Photographies :

Un spécimen d’Océanopolis très grand (Brest)

Sources :
– Fiche club de notre Baliste,
– Connaissances personnelles sur le poisson en question,
– Les photographies sont de moi.

Laisser un commentaire