Logo du site http://www.aquaramiaud.com/


Logo du site http://www.aquaramiaud.com/
Macrognathus Aculeatus (Anguille-Ocellée) - Eau saumâtre - Fiche et documentation : L'Aquaramiaud - Aquarium associatif de Saint Chamond


> Catégorie: Eau saumâtre

Macrognathus Aculeatus (Anguille-Ocellée)

Article posté par Cedric Paul.
Paru le lundi 19 mars 2012 à 11:38
Vu 6803 fois.



Famille : Mastacembelidae

Nom scientifique :
Macrognathus Aculeatus

Nom commun : Poisson-crête du Siam, Petite Masta, Anguille ocellée, Trompette, Anguille épineuse, Macro, etc…



Origine géographique : Asie du Sud-Est

Taille : 30-40 cm

Description : Cette petite Anguille de la famille des Mastacembelus est bien plus petite que le genre Mastacembelus lui-même. Les Macrognathus sont moins prédatrices et peuvent donc cohabiter plus facilement avec d’autres poissons. Elles possèdent un corps typiquement allongé comme toutes les Anguilles, avec une grande nageoire caudale en forme de spatule, étant la seule nageoire de propulsion, ainsi que d’une trompe pour fouiner dans le sable.

Sa couleur varie entre le beige et le gris. Elle possède 3 à 5 ocelles selon les individus sur l’arrière du corps. Son dos est doté de petites épines qui peuvent causer de légères brûlures.

Un venin urticant est situé dans les glandes de certains individus adultes

Espérance de vie : Supérieure à 5 ans.

Caractéristique d’eau : La Macrognathus n’est pas regardante sur les paramètres physico-chimiques de l’eau. Elle peut vivre dans différents types d’eau étant donné que les Anguilles sont migratrices. Néanmoins pour la reproduction il faudra faire un passage en eau saumâtre pour déclencher le fraie. La moyenne pour la température peut se situer entre 20° et 28° C.

Pour maintenir des individus dans une eau idéale, il faut que la densité soit autour des 1 002 - 1 005.
(C'est à dire 10 cuillères à café de sel non iodé pour 50 litres d'eau)

Type d’aquarium : L’aquarium n’a pas besoin d’être grand, mais plutôt avoir une bonne surface au sol, ainsi que de nombreuses cachettes, recoins ainsi que des zones d’ombres très importantes. C’est primordial si l’on ne veut pas que sa Macroganthus se sente mal à l’aise. Disons que 100 litres peuvent convenir pour 3 individus seuls.

Décor : Le décor doit être riche en cachettes. Plus il y en a et plus on verra notre Anguille. Elle se sentira plus en sécurité, donc n’hésitera pas à sortir.
Les plantes peuvent être envisagées. Elles fournissent ombre et cachettes, mais ont la fâcheuse tendance de se faire déraciner par les Anguilles. De ce fait les plantes très enracinées ou très vieille dans le bac sont conseillées, ainsi que les Anubias fixées sur les décors. Leurs grosses feuilles amènent une ombre importante.

Le substrat doit être composé de préférence de gravier assez gros pour que l’Anguille ne puisse pas en ingurgiter par inadvertance. Ce qui peut la faire mourir dans des douleurs atroces. Gonflement des voies intestinales, de l’estomac, etc…

Dimorphisme : Le dimorphisme ne s’aperçoit que lorsque les Macrognathus sont en période de fraie. Les femelles ont un ventre plus rebondi. De plus, certaines femelles sont légèrement plus petites que les mâles.

Comportement : La Macrognathus est une Anguille d’activité quasi-nocturne. C’est la raison de l’importance de l’ombre dans le bac. En possédant un bac adéquat la Macrognathus sortira la journée. L’éclairage tamisé est aussi un plus, ou bien le choix des plantes de surface.

C’est un poisson très peu peureux. Il peut manger dans la main du soigneur une fois acclimaté. Par contre son activité, qu’elle soit nocturne ou diurne reste très calme. Il ne faut pas acheter ce poisson en s’attendant à le voir nager dans tout les sens. Il reste souvent posté à un endroit et ne bouge pas pendant un long moment. (C’est super pour les photographies.)



Les Anguilles ont aussi un défaut, si elles ne se sentent pas bien dans leur bac elles peuvent avoir envie d’en sortir. Et elles en ont les moyens. En effet ce sont de très bonnes grimpeuses et elles peuvent sortir par de très petits trous dans l’aquarium. Là où il y a des câbles de chauffage qui passent, c’est suffisant.

Cohabitation :
Contrairement aux autres membres de sa famille, la Macrognathus n’est pas incompatible avec les autres poissons, ni avec les siens. Au niveau intra-communautaire seul le volume et les cachettes restent importants. 6 individus peuvent cohabiter avec harmonie dans un bac de 100 litres !!

Les autres poissons devront être des poissons de surface ou de mi-eau. En effet la Macrognathus reste territoriale et peut défendre son coin si elle se sent menacée. Mais aucune blessure ne peut être donnée à moins qu’un poisson tente de la prendre en bouche. Dans ce cas il sera piqué par son dos.

Il n’est pas conseillé de mettre des Crevettes, des Loricariidés, des Synodontys, des Kuhlis, Des Mastacembelidae autre que des Macrognathus ainsi que des Corydoras qui pourraient avoir les mêmes zones territoriales que nos Anguilles.

Attention à la plupart des plantes fragiles qui se feront arracher lorsque l’Anguille passe en s’enroulant autour.



Nourriture : L’Anguille épineuse est carnivore. Avec une forte acclimatation et beaucoup de chance on peut même lui faire manger des paillettes lyophilisées. Mais c’est un vrai challenge.

Dans la nature, la Macrognathus se sert de son nez en trompette pour chercher dans le sol de petits vers.
En captivité on peut reproduire ceci avec des proies vivantes. Vers de vase, vers de mouche, de farine, de moustique, Enchytrés, Grindals, etc…

Une fois bien acclimaté la nourriture peut être donnée inerte, mais cela reste assez dure. Dans ce cas on peut compléter la nourriture quelques fois par semaine avec de la chair de moule et des crevettes décortiquée hachées en très fin.

Reproduction : Pour la reproduction il faudra un passage en eau saumâtre, à raison de 1 mg/l d’eau. Ceci reproduit la migration dans la nature des Anguilles. La saison des pluies peut être imitée avec des changements d’eau plus fréquents, des chutes de températures ainsi que des changements du niveau. La température idéale sera de 25° C.

Déplacement : Les déplacements sont semblables à toute Anguille. Une ondulation du corps, la nageoire caudale propulse, la tête et le corps font la direction. Les nageoires pelviennes servent de trépieds un fois l’Anguille posée. Elle passe la majeure partie de son temps au sol où elle reste posée. Les déplacements sont peu nombreux, ceux en pleine eau sont très rares.

L’anguille peut aussi s’enterrer sous le gravier. On peut parfois ne plus la voir pendant un long moment. Elle peut passer plusieurs semaines sans se nourrir. C’est une sorte d’hibernation qui peut être liée à la période de fraie. Une préparation physique en quelque sorte. Souvent seule sa tête sort du gravier, mais cela arrive qu’elle soit quasi-invisible.

Anecdotes :
- Petite astuce pour repérer son Anguille. Ne pas mettre de sable de Loire. Elle possède le même coloris et serait donc invisible, surtout lorsqu’elle se cache.
- Ce poisson se laisse facilement manipuler. Lors de l’acclimatation de mon spécimen j’ai pu utiliser ma main pour la mettre dans l’eau.

Photographies :



Sources :
- Connaissances personnelles,
- Conseils de Sylvain, vendeurs de Botanic où je l’ai acheté,
- Atlas du Dr Axelrod sur les poissons d’eau douce pour les caractéristiques chiffrées,
- Les photographies sont de moi.

Cédric Paul
[ Imprimer cet article ]