Logo du site http://www.aquaramiaud.com/


Logo du site http://www.aquaramiaud.com/
Chrysiptera Parasema (Demoiselle à queue dorée) - Eau tropicale - Fiche et documentation : L'Aquaramiaud - Aquarium associatif de Saint Chamond


> Catégorie: Eau tropicale

Chrysiptera Parasema (Demoiselle à queue dorée)

Article posté par Cedric Paul.
Paru le mercredi 29 février 2012 à 22:43
Vu 4252 fois.



Voici encore un petit poisson d'eau tropicale !

Nom scientifique : Chrysiptera Parasema

Nom commun : Demoiselle à queue dorée, ou Diable Bleu

Origine géographique : Océan Pacifique. Philippines et Nouvelle-Guyane.

Taille : 7 cm adulte

Description : Ce poisson fait partie de la grande famille des Demoiselles. Il évolue en eau de mer tropicale. Il n’est pas très regardant vis-à-vis des caractéristiques du bac, mais plutôt vis-à-vis des autres habitants…

Ils possèdent une couleur bleu électrique très attirante, ainsi qu’une queue d’un jaune dorée, d'où sont nom. Ceci amène beaucoup de personnes à les acheter pour leur beauté sans trop savoir comment ils fonctionnent.
Donc méfiance et lecture de ce qui suit.

Espérance de vie : Une bonne dizaine d'années.

Caractéristique d’eau : Une eau de mer à 27°C est une bonne moyenne. La densité peut varier entre 1020 et 1025. Mais je le rappel ce poisson reste facile à maintenir en eau de mer. Le pH doit être entre 8.1 et 8.5.

Type d’aquarium : L’aquarium récifal est la meilleure solution pour ce poisson. C’est ce qui peut le plus contenir sa fougue. 500 litres est le strict minimum si l’on veut mettre d’autres poissons avec lui.

Dans la nature on arrive aussi à retrouver ce poisson dans les lagons, où ils se baladent, surement pour se reproduire.

Décor : Le décor du récifal devra être disposé de manière à avoir deux territoires. Ainsi, avec de nombreuses cachettes les autres poissons pourront vivres convenablement dans le bac, sans être dérangés.

Dimorphisme : Aucun dimorphisme notable.

Comportement : Le comportement de ce poisson est assez délicat. Et c’est au niveau de la cohabitation qu’il pose le plus de problème.
Pour le reste, il faut savoir qu’il reste quand même assez timide vis-à-vis de l'Homme et reste souvent caché. D’où l’importance d’avoir un décor plein de cachettes.

Cohabitation : Il faut savoir que le Diable Bleu vit en groupe. Mais la particularité du groupe est que chaque individus doit avoir un territoire de 15-20 centimètres alentours. Cette zone est très défendue contre tout les habitants du bac.
Ils ne sont pas très grands, mais ils sont assez coriaces. On les voit même de temps en temps déranger les Bernard L'hermites. C’est pour dire !
En revanche ils ne bronchent pas avec les gros poissons et retournent se cacher.

Reproduction : Ce sont des pontes sur le substrat qui sont effectué par ces Demoiselles.

Nourriture : Ils se nourrissent principalement de Zooplancton. Donc en aquarium on peut leur servir Artémias et Daphnies en petites quantités. Les épinards sont appréciés. Ils acceptent aussi avec une bonne acclimatation de la nourriture lyophilisée, ainsi que moules et crevettes en petits morceaux.

Déplacement : Les déplacements de ce poisson se font par mouvement saccadés. Lorsqu’il enquiquine un autre poisson, il les picore avec sa bouche, tel un épéiste, en lançant l’assaut, puis en reculant, plusieurs fois de suite. On arrive aussi à le voir donner des coups de queue, en reculant.

Prix du poisson : Ce poisson se trouve facilement aux alentours de 15 € à taille adulte et aux alentours de 5 € entre 4-5 cm.

Anecdotes :
- Nous avons un Diable Bleu à l’aquarium de St-Chamond, et son comportement est tout à fait similaire à la description que je fais au dessus. Il ne cesse d’effrayer nos poissons clowns, si bien que l’un d’entre eux est mort de stress. Nous avons pensé à le retirer du bac, pour le mettre ailleurs, mais pour l’attraper c’est une autre paire de manches. (La canne à pèche est la seule solution)

Photographies :
Voici le bac dans lequel nous acclimatons notre Diable Bleu :




Sources :
- Fiche descriptive du CASC,
- Photo du CASE,
- L'atlas du Dr Burgess sur les poissons d'eau de mer du Dr Axelrod.

[ Imprimer cet article ]